Le mensonge de la finance: Les mathématiques, le signal-prix et la planète par Nicolas Bouleau

Le mensonge de la finance: Les mathématiques, le signal-prix et la planète

Titre de livre: Le mensonge de la finance: Les mathématiques, le signal-prix et la planète

Éditeur: Éditions de l'Atelier

Auteur: Nicolas Bouleau


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Nicolas Bouleau avec Le mensonge de la finance: Les mathématiques, le signal-prix et la planète

Livres connexes

Que signifient vraiment les cours des marchés financiers mondiaux dont les variations incessantes occupent les écrans ? Reflètent-ils, comme les banques et les institutions l’affirment, la valeur de biens et de services soumis à la loi de l’offre et de la demande ? Ce qui est rare serait cher ? Ce qui est abondant, bon marché ? Et si dans le monde financier ce principe était tout simplement un leurre ?
Mathématicien de renom, fin connaisseur des marchés financiers, Nicolas Bouleau explique comment la finance néolibérale n’a cessé depuis trente ans de perfectionner de manière prodigieuse ses techniques de spéculation. L’usage de moyens informatiques très sophistiqués et l’application de théories mathématiques parmi les plus pointues imposent des cours d’une très grande volatilité qui prétendent refléter la santé économique de la planète et fournir des indications fiables pour sa gouvernance... alors qu’il n’en est rien. Le signal-prix a tout simplement disparu, les agents économiques sont contraints au business as usual. Dans son habit mathématique qui la protège des regards indiscrets, la finance ne voit rien de l’épuisement des ressources ni de la montée des inégalités.
Sortir de l’impasse d’un mode de gouvernement polarisé sur le cours des marchés mondiaux exige des institutions nouvelles, locales et internationales : en mobilisant des méthodes scientifiques attentives aux tendances grâce à des indicateurs non financiers, elles peuvent informer sur la situation réelle de la planète et de ses habitants, pour que les acteurs aient les moyens d’agir en connaissance de cause.